Wiesenthal Centre Commends Canadian Supreme Court Rejection of 1980 Copernic Synagogue Bomber Suspect's Appeal against Extradition

“We now call on Paris Justice authorities to programme an early trial after Hassan Diab's arrival on French soil.”

Paris, 14 November 2014

Simon Wiesenthal Centre Director for International Relations, Dr. Shimon Samuels, expressed satisfaction at the Canadian Supreme Court's rejection of suspect's appeal - in 1980 Paris Rue Copernic synagogue bombing (pictured) - against extradition to face a French tribunal.

Samuels lamented “Hassan Diab's four year delaying tactics and his outrageous reaction to the ruling: “I am worried for my young daughter and pregnant wife!”

Samuels suggested that “if convicted by the Paris court, he should perhaps think of the spouses and children of his victims.”

The Centre noted that “it has taken 34 years to grant the families of those murdered and the wounded survivors the taste of justice,” adding that “Samuel's continuous attention - first in the Ottawa extradition court - then from public podiums and in the media, kept the Copernic atrocity in the public eye.”

Samuels now called on “the French justice authorities to programme an early trial after Hassan Diab's arrival on French soil.”

On receiving the news from Canada, he thought of Israeli film-maker, Micha Shagrir, who lost his wife in the bombing. Samuels had accompanied Aliza Shagrir—in Paris for a weekend visit—to the corner of rue Copernic. A few seconds after bidding her a good evening, she entered the street where she met her death.

“The Biblical injunction: 'Justice, Justice Thou Shalt Pursue' will now move on from Canada to France, hopefully to a swift conclusion,” declared Samuels.

For further information please contact Dr. Shimon Samuels (00) 33 609 70158,  join the Center on Facebook, www.facebook.com/simonwiesenthalcenter, or follow @simonwiesenthal for news updates sent direct to your Twitter page or mobile device.

The Simon Wiesenthal Center is one of the largest international Jewish human rights organizations with over 400,000 member families in the United States. It is an NGO at international agencies including the United Nations, UNESCO, the OSCE, the OAS, the Council of Europe and the Latin American Parliament (Parlatino).



CENTRE SIMON WIESENTHAL - EUROPE
Tél. : +33-147237637 – Fax : +33-147208401
Courriel : csweurope@gmail.com
 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Le Centre Wiesenthal félicite la Cour suprême du Canada pour avoir rejeté la demande en appel du suspect de l'attentat de la synagogue Copernic de 1980 contre son extradition.

« Nous prions maintenant la Justice française d'intenter le procès d'Hassan Diab dès son arrivée sur le sol national. »

Paris, le 14 novembre 2014

Le directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a exprimé sa satisfaction auprès de la Cour suprême du Canada pour sa décision de rejeter la demande en appel du suspect de l'attentat de la rue Copernic, en 1980, contre son extradition devant un tribunal français.

M. Samuels a déploré « la stratégie d'ajournement exercée depuis quatre ans par Hassan Diab et sa réaction odieuse face à la décision de justice qui le frappe : « Je suis inquiet pour ma petite fille et pour ma femme enceinte ! »

M. Samuels lui a alors suggéré, « s'il était déclaré coupable par la cour de Paris, de peut-être penser aux époux ou épouses et aux enfants de ses victimes ».

Le Centre relevait que « les familles des victimes et ceux qui ont survécu à leurs blessures ont dû attendre trente-quatre ans pour pouvoir enfin savourer le goût de la justice ». Et il ajoutait : « C'est grâce à la pression que M. Samuels a exercée sans relâche auprès de la cour d'extradition d'Ottawa, geste qu'il a constamment manifesté et en public et dans les médias, que le crime de la rue Copernic est demeuré sous les projecteurs et n'est pas tombé dans l'oubli.

M. Samuels priait maintenant « la Justice française d'intenter le procès d'Hassan Diab dès son arrivée sur le sol national ».
Quand il a appris la nouvelle du Canada, il a eu une pensée pour le cinéaste israélien Micha Shagrir, qui a perdu sa femme dans l'attentat. Ce jour-là, M. Samuels avait raccompagné Aliza Shagrir, qui était de passage à Paris pour le week-end, au coin de la rue Copernic. Quelques secondes après qu'il l'ait quittée, elle y rencontrait sa mort.

M. Samuels apportait la conclusion suivante : « L'injonction biblique “C'est la justice, la justice que tu poursuivras” se déplacera maintenant du Canada vers la France avec, souhaitons-le, une issue rapide. »

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Shimon Samuels au +33(0)6 09 77 01 58.