Wiesenthal Centre To OSCE Human Rights Conference 'Prague Declaration' is "A Project to Delete the Holocaust from European History"

Wiesenthal Centre To OSCE Human Rights Conference 'Prague Declaration' is "A Project to Delete the Holocaust from European History"

Warsaw, 5 October 2009

In a Statement to the 56 member state Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE), Office of Democratic Institutions and Human Rights (ODIHR), Human Dimension Implementation Meeting (HDIM), the Simon Wiesenthal Centre's Chief Delegate and Director for International Relations, Dr Shimon Samuels, exposed a new form of antisemitism emanating from East-Central Europe.

Known as the 'Prague Declaration', Samuels Sounded the Alarm on "a Project to Delete the Holocaust from European History":

"Mr. Moderator,

A new and insidious combination of antisemitism and Holocaust distortion has been disseminated from the eastern area of the OSCE, and in particular the Baltics.

Local Jews are branded as the purveyors of Soviet communism (even when these countries' tiny remnant survivor communities are near demographic extinction).

The Wiesenthal Centre shares its concern with the OSCE by exposing a well-coordinated effort to 'rewrite history' to persuade Western Europe to join in jettisoning the historic concept of the Holocaust and to replace it with a model of 'two equal genocides (Nazi and Soviet)' .The goal of this sophisticated, new incarnation of extreme forms of local ultranationalism, antisemitism and racism. is to whitewash the massive Baltic nations'
participation in the murder of their Jewish populations (the rate of Holocaust murder in the Baltics was the highest in Europe).

State-sponsored Commissions (known informally as 'red-brown committees') seek to 'equalize' Nazi and Soviet crimes in addressing Western Europe, while at home, in each of these countries' museums, a different tale is
told: a bogus account of overwhelming Jewish complicity in Soviet rule, the glossing over of local participation in the killings, and increasingly efforts to tarnish Holocaust victims, survivors and resistance fighters with antisemitic stereotypes of 'Jewish Bolshevik conspiracies'. The state-sponsored 'Genocide Museum' in central Vilnius, for example, has almost deleted the Holocaust while permanently exhibiting antisemitic materials. The State Museum of the [Soviet ] Occupation in Riga iconizes the Latvian battalion of Nazi volunteer auxiliaries responsible for mass murder of their Jewish neighbours

In Lithuania, this campaign is even more revisionist. After persuading Holocaust survivor, resistance fighter and scholar Yitzhak Arad (founding director of Yad Vashem in Jerusalem), to join its commission, an antisemitic newspaper article in April 2006 accused him as a war criminal on the basis of misrepresented passages from his own memoir (published in English decades earlier, in 1979). Two months later, prosecutors, in the service of the state, initiated a 'pre-trial investigation'. In 2008, the 'new investigation' (which has still not included a single charge or subpoena) was expanded to include two women veterans of the anti-Nazi partisans, Fania Yocheles Brantsovsky and Rachel Margolis, both now 87. To this day, neither of these investigations has been dropped, and Holocaust survivors remain 'under investigation'. This is most disturbing, all the more so when Lithuania, and the Baltic generally, have the worst record for prosecuting Nazi war criminals since the collapse of the Soviet Union in 1991.

It is against this background of history-distorting and victim-blaming, that blatant antisemitic and neo-nazi activity is taking place, while Baltic governments have begun to mislead the European Union and Parliament with resolutions that are ostensibly anti-Communist, but invariably contain language and proposed laws whose real purpose is to erase the Holocaust from history, by introducing a new model of equal genocides, and, alarmingly, as the Economist
has put it, to 'blame the victims'.

On 3 June 2008, the Prague Declaration (http://praguedeclaration.org) was proclaimed. It would propose, inter alia, legislation in the European Parliament that would compel European Union countries to 'overhaul [.] European history textbooks so that children could learn and be warned about Communism and its crimes in the same way as they have been taught to assess Nazi crimes'. It would also insist that Soviet misdeeds be judged 'in the same way Nazi crimes were assessed by the Nuremberg Tribunal'.

Most European leaders and media have failed to appreciate the ulterior agenda of the Prague Declaration and the movement behind it, which promotes 'equality of all evils'. Using this instrument, its protagonists have been gathering support, in the European Parliament, through related resolutions being introduced without proper discussion or exposure of their underlying motives. One such effort (April 2009) voted for a new European day of commemoration of Nazi and Soviet crimes equally, the real purpose of which is to supplant Holocaust Memorial Day in Europe.

It is indeed true that Europe and the world at large still do not appreciate the degree of suffering of the East European nations at the hands of Communism, both before the war and in the Soviet near-half-century of occupation after its conclusion. This serious issue needs to be addressed by separate exposure, study and commemoration of Soviet crimes and their victims.

Given the antisemitic, racist and Holocaust distortionist motives and practice associated with the Prague Declaration and related resolutions and proposals, this matter should be of urgent concern to the States Parties of the OSCE. Thus, the Wiesenthal Centre hereby urges ODIHR to note and condemn the pernicious intent of this campaign."

Samuels acknowledged the role of Professor Dovid Katz, founder of the Vilnius Yiddish Institute, as the principal protagonist in containing "the two equal genocides" campaign, which he has termed "Holocaust obfuscation".

For further information, contact Shimon Samuels at +33609770158.

The Simon Wiesenthal Center is one of the largest international Jewish human rights organizations with over 400.000 members. It is an NGO at international agencies including the United Nations, UNESCO, the OSCE, the Council of Europe, the OAS and the Latin American Parliament.

Tel. +33-147237637 - Fax: +33-147208401
e-mail: csweurope@gmail.com


A la Conférence de l’OSCE des Droit de l’Homme, le Centre Wiesenthal alerte les 56 Etats membres sur l’intention malveillante de la ‘Déclaration de Prague’ : "Un projet visant à supprimer l'Holocauste de l'histoire européenne"

Varsovie, le 5 octobre 2009

Dans une déclaration aux 56 états membres de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH), la Réunion d'examen de la «Dimension humaine » (HDIM), le chef de la délégation et directeur pour les relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a dénoncé une nouvelle forme d’antisémitisme provenant de l’Europe centrale- orientale.

Samuels a sonné l’alarme à propos d'un "projet visant à effacer l’Holocauste de l’histoire européenne", connu sous le nom de "Déclaration de Prague"

« M. le Modérateur,

Une combinaison nouvelle et insidieuse de l’antisémitisme et de distorsion de l’Holocauste a été répandue à partir de la zone orientale de l’OSCE, et en particulier des pays Baltes.

Les juifs de ces régions sont stigmatisés comme responsables du communisme soviétique (même lorsque les minuscules communautés de ces pays sont proches de l’extinction démographique).

Le Centre Wiesenthal fait part de son inquiétude à l’OSCE en démontrant l’effort bien coordonné de ‘réécrire l’Histoire’ afin de persuader l’Europe occidentale de se joindre au rejet du concept historique de l’Holocauste et de le remplacer par une modèle de ‘deux génocides d’égale importance (Nazi et Soviétique)’.
Le but de cet antisémitisme et racisme aussi perfectionné, nouvelle incarnation de l’extrémisme des formes de l’ultranationalisme local, est de blanchir les pays baltes de leur participation massive dans le meurtre de leurs populations juives (les pays baltes présentait le taux le plus élevé d’assassinat du fait de l’Holocauste au sein de l’Europe)

Les commissions financées par les états (connues informellement comme les ‘comités rouge-brun’) cherchent à ‘équilibrer’ les crimes nazis et soviétiques en s’adressant aux pays occidentaux, tandis que chez eux, dans chacun des musées de ces pays, une histoire différente est contée :
un décompte bidon de l’écrasante complicité juive sous la domination soviétique, passant totalement sous silence la participation locale dans les meurtres, et faisant des efforts de plus en plus considérables pour ternir les victimes de l’Holocauste, les survivants et les combattants de la résistance avec le stéréotype des ‘conspirations juives bolcheviques’.
Le ‘Musée du Génocide’ financé par l’état, au centre de Vilnius, par exemple, a pratiquement supprimé l’Holocauste tout en présentant de façon permanente des documents antisémites. Le Musée d’Etat de l’Occupation [soviétique] à Riga fait l’apologie du bataillon letton des auxiliaires volontaires nazis responsables du massacre de leurs voisins juifs.

En Lituanie, cette campagne est encore plus révisionniste. Après avoir persuadé le survivant de l’Holocauste, combattant de la résistance et intellectuel Yizhak Arad (directeur fondateur de Yad Vashem à Jérusalem), de se joindre à sa commission, un article antisémite, paru en avril 2006, l’accusait de crimes de guerre sur la base de passages déformés de son autobiographie (publiée en anglais des décennies plus tôt, en 1979).
Deux mois plus tard, les procureurs, au service de l’état, ont lancé une ‘enquête préliminaire’.
En 2008, la ‘nouvelle enquête’ (qui ne comporte toujours pas un seul chef d’inculpation ou assignation à comparaître) a été élargie pour inclure deux femmes, anciennes combattantes des partisans anti-nazis, Fania Yocheles Brantsovsky et Rachel Margolis, toutes deux âgées de 87 ans. A ce jour, aucune de ces enquêtes n’a été abandonnée, et les survivants de l’Holocauste font toujours l’objet d’une ‘information judiciaire’. Tout cela est très inquiétant, d’autant plus que la Lituanie, et les pays Baltes en général, ont le plus mauvais bilan en matière de poursuite des criminels de guerre nazis depuis l’effondrement de l’Union Soviétique en 1991.

S’appuyant sur cette distorsion de l’histoire et la culpabilisation des victimes, s’instaure un comportement antisémite flagrant et néo-nazi, tandis que les gouvernements baltes ont entrepris de tromper l’Union européenne et le Parlement avec des résolutions ostensiblement anti-communistes, mais dont le langage et les propositions de lois visent en réalité à effacer l’Holocauste de l’histoire, en introduisant un nouveau modèle d’équivalence des génocides, et de façon alarmante, comme l’a dit The Economist (http://www.economist.com/world/europe/displaystory.cfm?story_id=11958563),
de ‘blâmer les victimes’.

Le 3 juin 2008, la Déclaration de Prague (http://praguedeclaration.org) a été proclamée.
Elle propose, entre autre, une législation au Parlement européen qui obligerait les pays de l’Union européenne à ‘restructurer […] les manuels d’histoire européenne, afin que les enfants puissent apprendre et être mis en garde contre le communisme et ses crimes de la même façon qu’ils ont appris à évaluer les crimes nazis’. Elle insisterait également pour que les méfaits soviétiques soient jugés 'de la même manière que les crimes nazis ont été évalués par le Tribunal de Nuremberg'.

La plupart des dirigeants européens et les médias ont mésestimé la poursuite de l’ordre du jour de la Déclaration de Prague et le mouvement derrière lui, qui incite à ‘la similitude de tous les maux’. En utilisant cet instrument, ses protagonistes ont rassemblés des soutiens, au sein du Parlement européen, en introduisant des résolutions apparentées ne donnant pas lieu à de véritables débats ou à une mise en lumière des motifs sous-jacents. Un tel effort (avril 2009) a mené au vote d’une nouvelle journée européenne de Commémoration des crimes nazis et soviétiques à parts égales, dans le but réel de supplanter le Jour de Commémoration de l’Holocauste en Europe.

Il est vrai que l’Europe et le monde en général n’ont pas encore pris la mesure du degré de souffrance des nations d’Europe orientale aux mains du Communisme, tant avant la guerre que durant l’occupation soviétique de près d’un demi siècle, après la fin du conflit mondial.
Cette grave question doit être abordée par une dénonciation séparée, l’étude et la commémoration des crimes soviétiques et de leurs victimes.

Etant donné les motifs et l’utilisation antisémite, raciste et déformante de l’Holocauste associés à la Déclaration de Prague ainsi que les résolutions et propositions s’y rapportant, cette question devrait être examinée d’urgence par les Etats membres de l’OSCE. C’est pourquoi le Centre Wiesenthal, par la présente, exhorte l’ODIHR à constater et condamner l’intention pernicieuse de cette campagne."

Samuels a salué le rôle du Professeur Dovid Katz, fondateur de l’Institut yiddish de Vilnius, comme principal protagoniste dans l’endiguement de la campagne des "deux génocides égaux", que le Professeur Katz a qualifié d’ « mystification de l’Holocauste ».

Pièces jointes : Photos de l’intervention de Shimon Samuels à la réunion de l’ OSCE ODIHR

Pour de plus amples informations, contactez Shimon Samuels au +33609770158.